Robert Perrier, dans la Publication : 30 ans de Sport Automobile Marocain
retrace l'histoire du Grand Prix d'Agadir jusqu'en 1953 :

1949
Agadir, qui bénéficiait d'un Comité des Fêtes dynamique, était à la recherche de manifestations inédites.
Par ailleurs, un groupe de sportifs ayant milité activement dans le sport automobile, s'étant retrouvé à Agadir par un hasard providentiel, était à la recherche d'une formule leur permettant de retrouver leur "dada" favori ;
un de ceux-ci, M. Coquart, membre du comité des Fêtes, proposa alors au docteur Paucot, actif président de cette Association, la création d'un circuit automobile de vitesse pour voiture de tourisme, à l'instar de celui qui avait été organisé récemment à Nice.
Les discussions furent nombreuses et l'organisation de l'épreuve ne fut décidée que difficilement.
Néanmoins, la décision étant prise, un Comité d'organisation fut crée.
Comme Agadir ne possédait pas d'organisation automobile officielle et consacrée, des contacts furent pris avec l'A.C.M. de Casablanca.

 

Animé du désir d'aboutir, le Comité d'Agadir poursuivait sa tâche et organisait sa première manifestation.
De nombreux sportifs marocains, intéressés par l'initiative d'Agadir, promettaient leur appui.

L'A.C.M. cependant restait non seulement très réservé, ce qui pouvait s'expliquer par une prudence judicieuse, mais semblait au contraire raidir son attitude au fur et à mesure que la date de l'épreuve approchait.
Finalement, après bien des alarmes pour le Comité, l'épreuve, autorisée par l'Administration (Sécurité-T.P., Résidence, Région, Municipalité), était interdite par l'A.C.M., détenteur du pouvoir sportif de la Fédération.

____________________________________________________________________________________________________
 

1950
Passant outre l'interdiction et les menaces suspendues sur les organisateurs et sur les participants, Agadir faisait courir son épreuve le 29 janvier 1950.
Sous des pseudonymes les coureurs s'engageaient et la jeune phalange des sportifs marocains pouvait ainsi, pour la première fois au Maroc depuis la guerre, se livrer à son sport favori.
La manifestation se déroula donc avec une ambiance d'autant plus agréable que la polémique avait été plus aiguë.

Les résultats étaient mieux qu'encourageants, l'organisation avait été sans faille, la preuve était désormais faite qu'une équipe cohérente et compétente pouvait organiser des épreuves automobiles .
De plus, de cet essai qui s'avérait concluant, la tradition des courses de vitesse était renouée et de cet exemple devaient naître d'autres initiatives.

Devant le succès remporté par l'organisation de la Course de l'Association Sportive d'Agadir et du Souss, l'A.C.M. ne pouvait rester passif et tout aussitôt des pourparlers s'engagèrent entre les organisateurs d’Agadir et l’A.C.M.
Le résultat des prises de ce contact aboutit à la fondation d'une section régionale de l'A.C.M. à Agadir.

Le palmarès de cette épreuve s'établissait comme suit :

Catégorie F :
RENAULT-LAPEROUSE sur 4CV Renault

Catégorie E :
ROBERT Marcel sur Simca

Catégorie D :
VERDON sur Simca

Catégorie C :
OSSTYN Jacques sur 11CV Citroën

Catégorie B :
LARIVIERE Jacques sur 15CV Citroën

Catégorie A :
OGEARD sur Delahaye.

 
_____________________________________________________________________________
 

Le dynamisme des dirigeants du sport automobile gadiri a fait de la section d’Agadir,
une des plus actives de l’Automobile Club Marocain.

 

 Régine Caïs - Terrier
 

 

____________________________________________________________________________________________________